Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Nous sommes en juillet : les poissons blancs ont fini la fraie, les carnassiers aussi pour la plupart. Des millions d’alevins ont colonisés les berges, les arbres immergés, les roselières et les zones peu profondes, pensant être à l’abri. Mais c’est loin d’être le cas ! Les carnassiers les suivent à la trace et ne sont jamais loin. Ils n’ont cas ouvrir la gueule en traversant le paquet pour se nourrir. Pourquoi s’embêteraient-ils alors à taper dans nos leurres ? Et malheureusement pour nous, ils ont du réfléchir comme nous : Tout le monde a connu ces journées de frustration au bord de l’eau durant ces mois d’été, durant lesquelles, malgré des efforts de recherche monstrueux, rien ne se passe, pas la queue d’un poisson en vue. Les bass qui ignorent totalement les leurres, les brochets aux abonnés absents, les perches qui suivent sans réagir, vive le mois de juillet... Cependant, il y a une parade qui fonctionne presque à coup sur, le downsizing.

Le Downsizing ne signifie ni plus ni moins que pêcher en diminuant au maximum les dimensions de leurres, fil, tresse, hameçon... (Voir page « les mots techniques »). Ca consiste donc à simplement diminuer tout le matériel utilisé, de manière à jouer au maximum sur la finesse et le mimétisme. Cette pratique demande un certain doigté, un peu de pratique et surtout une bonne connaissance de ses secteurs, ce qui permettra de repérer rapidement les postes sur lesquels la pêche se déroulera. Ici, pas de pêche de prospection rapide, mais plus une pêche très précise sur des secteurs potentiellement poissonneux.

 

Je pratique de plus en plus le downsizing, face à des poissons devenant de plus en plus dur à leurrer, à cause d’une pression de pêche toujours plus forte. Pêchant très peu au leurre dur, je préfère en général pêcher ses poissons difficiles avec des micros leurres souples. Je vous parlerais ici de downsizing pour le leurre souple uniquement.

 

 Les coups de cœurs :

J’ai testé bon nombre de modèles et il s’avère que certains sont nettement supérieurs à d’autres.

Beaucoup de modèles peuvent faire l’affaire, je ne citerais que mes favoris :
 


Le Yama Minnow de Gary Yamamoto... Il est issu de la reproduction de deux Shad Shape... Il mesure 2 pouces, environ 5 cm. Il a été créé à l’origine par pêcher les Crappies et autres panfish en Amérique, mais Sakura les distribue dans la gamme "Crappies baits" en France depuis cette année et les résultats sont surprenants, aussi bien en rock fishing que sur les black bass et autres percidés !

 














Les micros tubes sont aussi à recommander tout particulièrement. Bass de toute taille, perches et même carpes en raffolent, à condition de leur mettre sous le nez. La gamme « Crappie Baits » comprend aussi un micro tube de 1.75 pouces, soit 4.5 cm, disponible en différents coloris (voir ces coloris). Une petite astuce consiste à rajouter du tungstène mou à l'intérieur du corps creux du leurre (certaines grandes marques commercialisent ce fameux tungstène...).Cela permettra de pouvoir lancer nettement plus loin un leurre souple de 4 cm, et de pêcher plus creux, chose indispensable certains jours.

Encore un gros poisson victime du downsizing...antidote L+ exage 1000+micro tube



Je finirais par mon favori, qui n’est en fait qu’un mini IKA (tube plein, réputé pour le bass depuis de longues années...), faisant lui aussi partie de la gamme « Crappie baits » de Gary Yamamoto.  Il se nomme d’ailleurs Ika 3",  disponible lui aussi en 4 coloris... Mon préféré est sans hésitation le coloris Watermelon pailleté noir, qui m’a permis de faire de très jolis bass en condition de pêche loin d’être facile!




"Un des innombrables bass pris sur le IKA 3" coloris watermelon, monté à l'envers"

 

Pour le reste du matos, comme je le disais, tout est important et tout doit être en adéquation pour permettre de pêcher efficacement les poissons les plus difficiles.

 


Je conseille l’utilisation d'une canne très nerveuse et légère pour cette pêche, avec un encombrement au talon minimum de manière à avoir un meilleur rendu des animations. Les actions Regular sont à proscrire, il vous faut de la canne Fast! Mon choix s’est porté sur l’antidote L qui est un véritable bijou pour cette pratique. Le moulinet a assez peu d’importance dans cette pêche, tant qu’il n’est pas trop lourd. Un borax en taille 2000, voir même 1000 fera parfaitement l'affaire. Le dernier point déterminant est l’utilisation d’une tresse très fine, évitant ainsi la prise au vent au maximum, pour garder un meilleur ressenti des obstacles et touches. Il faut savoir que le lest ajouté au leurre sera souvent ultra léger, voir inexistant. Une tresse de 10/100 maximum sera à recommander, avec un arraché d’un bon mètre en fluorocarbone 20/100 à 25/100. Vous voilà paré, enfin pas tout à fait. Comment monter le leurre ? Un hameçon texan reste intéressant, seulement, les tailles à utiliser sont tellement petites que je n’ai pas réellement trouvé quelque chose d’adapté. Je préfère monter le leurre sur un petit hameçon simple très piquant (worm 39 dans les plus petites tailles à conseiller vivement !). Les poissons n’ont pas de mal à engamer ces petits leurres et le ferrage se fera tout en douceur, sans grand risque de décrocher le poisson par la suite.

 

 

Après ça, il suffit de lancer le leurre sur des poissons boudeurs et le résultat ne se fera pas attendre. Cependant, il ne faut pas oublier que le leurre ne fait pas 20 cm On sait qu’un poisson de 5 cm nage beaucoup plus lentement qu’un autre de 20. Il a aussi une nage bien plus nerveuse et frétillante... Il faudra essayer de recréer cette nage au mieux : le maniement s’apparentera plus à un tremblement du scion type drop shot qu’à de la pêche au soft jerkbait. Le leurre devra avancer le plus lentement possible, traînant sur la zone critique en vibrant dans tout les sens. Les black bass ne resteront pas insensibles bien longtemps à cette provocation et viendront vous cartonner ces minis leurres.



"Cette technique est certe moins sélective"...



"Ce qui n'empêche pas d'avoir de belles surprises!"


Sur des poissons postés plus en profondeur, le Ika peut se montrer très efficace. Il suffit de lui ajouter un insert tungstène de petite taille dans la tête et de le monter à l’envers. Le laisser couler jusqu’au fond et le faire sautiller doucement en le laissant regagner le fond à chaque fois. Cette présentation s’avère payante les journées sans soleil ou ventées, où les bass sont calés en profondeur.

 

 

Une dernière chose me semble importante à souligner : Les leurres utilisés étant vraiment petit et les bass ayant une gueule très imposante, les poissons auront tendance à avaler assez profondément le leurre. C’est pourquoi un ferrage à la touche est obligatoire pour éviter d’abîmer les poissons. Je le redis aussi, pas besoin de ferrer fort, on pêche light, avec des hameçons ultra piquants, le poisson se piquera en général tout seul. Enfin, en cas de piqures d’hameçons vraiment mauvaise, ce qui arrive très rarement quand même, mieux vaut laisser le leurre là où il est, en coupant simplement le fil à ras. Un abcès se formera et expulsera automatiquement l’hameçon et le black bas s’en remettra très bien...

 

 

 En espérant que cet article vous ait donné envie de tester cette technique...

 

 

                                                   @Enjoy Fishing

 

                                                                                 Tomy

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by