Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 20:24
http://ddata.over-blog.com/1/30/73/04/image-gif/banniere2.gif

     Après l’été, alors que la température commence à baisser, beaucoup de pêcheurs abandonnent la pêche du bass pour s’adonner à la traque des autres carnassiers. Et pourtant, même s’il devient de plus en plus rare de les apercevoir à la surface de l’eau, les bass n’en sont pas moins actifs. Bien au contraire, il est temps pour eux de faire leurs réserves avant l’hiver !
Je vais donc vous présentez plusieurs méthodes qui m’ont permis de réussir cette pêche de fin de saison, bien différente de la pêche estivale de ce superbe poisson de sport:

La pêche au Swimbait
Le spinner en slow-rolling
Au long-bill dans les profondeurs
Au bon vieux shad en slow retrieve


La pêche au Swimbait

bbass46 kongbass seadrive
IMGP14352
Comme mentionné dans le titre, la pêche du Bass en fin de saison est une pêche assez lente. En effet, fini le temps où les bass se promènent et arpentent leur territoire à longueur de journée. Fini le power-fishing ou la pêche à vue !
Avec le rafraîchissement, nos compagnons de jeux arborent souvent un autre comportement proche de celui d’un autre carnassier : le brochet.
En effet, j’ai pu constater (du moins sur les spots que je pêche) que les Bass sont souvent calés sur des spots précis (racines, nénuphars immergés, …) et n’en bougent que rarement. Ils attaquent alors les proies qui passent à leur portée ! Un leurre de taille conséquente se déplaçant lentement est alors de bonne augure. Il vous suffira donc de ramener votre swimbait de façon linéaire et lente, et à la bonne profondeur (souvent en pleine eau ou prêt du fond).
Attention car les attaques sont souvent violentes !!!




Le spinner en slow-rolling


bass spinnerPhoto 060

C’est à cette saison que le « spinner » donne le meilleur de lui-même sur nos chers Black-Bass (y compris sur les grosses perches d’ailleurs).
Ramené lentement et près du fonds, il vous réservera de belles surprises. N'hesitez pas à stopper fréquemment la récupération de façon a reprendre contact avec le fond. Mon conseille est d’y ajouter un leurre souple ressemblant à une écrevisse car les carnassiers s’en gavent à cette période de l’année! Encore une technique très simple et payante. Idéale pour les personnes qui débutent dans le domaine de la pêche aux leurres.





Au long-bill dans les profondeurs

bass 45cmbass kicker

bass longbillVoici une technique efficace pour aller chercher les Bass dans les profondeurs ou dans les trouées. Elle nécessite l’utilisation de la tresse ainsi qu’une canne de puissance adaptée (light ou médium en fonction du poids des leurres que vous utiliserez).
Une fois équipé, il n’y a plus qu’à lancer votre leurre juste après la zone propice. Là, vous ramenez linéairement votre leurre jusqu’à le faire plonger vers les abysses. Ensuite, entrecoupez récupération lente (sur quelques centimètres) et longues pauses. Pensez à bien garder le contact lors des pauses, cela est décisif. En cas de vent, gardez le scion au ras de l’eau pour bien sentir la moindre tape. En effet et contrairement aux techniques précédentes, les touches on tendance à être plus discrètes. Puis ensuite : ferrage à la touche! Ceci est une bonne technique pour les poissons éduqués.


Au bon vieux shad en slow retrieve

bass shakerbass oneup

bass43Technique qui nécessite elle aussi de pêcher en tresse. Pour ma part, l’animation est un peu différente de celle que j’utilise pour le sandre. Tout d’abord, je lance le leurre puis le laisse couler au fond. Je ramène ensuite mon shad lentement sur quelques dizaines de centimètres puis le pose à nouveau au fond. J’effectue alors une pose assez longue (5 secondes) et ainsi de suite. Lorsque je pêche des zones où le fond est tapissé d’herbes, je le ramène linéairement et lentement sans pose, au ras des herbes. Je sous-plombe alors légèrement mon leurre pour qu’il ait une nage plus planante. Il est intéressant d'utiliser un attractant pour booster votre shad sur ce type de pêche. C'est une technique parfaite pour prospecter les souches immergées et autres postes invisibles.


Pour conclure, bien que vous connaissiez certainement déjà ces techniques pour la pêche d’autres carnassiers, elles peuvent être très redoutables sur le black bass si elles sont bien adaptées à la pêche de ce dernier et à son comportement alimentaire. Evidemment, aucune de ces méthodes ne sont sélectives et vous serez amené à toucher toutes les espèces de carnassiers que l’on rencontre dans nos eaux.
Comme je n’ai pas la prétention de tout savoir et que j’en ai probablement aussi oublié, n’hésitez pas à me laisser vos remarques et suggestions pouvant apporter un plus à cet article. Ou bien posez tout simplement vos questions.

" Que la concentration soit avec vous ! "

                                                                                          Christopher
Repost 0
Published by blackbass17 - dans archive news diverses
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 10:36

voyage 0243

Je suis de retour du Sénégal depuis hier et c'est des images pleins la tête que je suis revenu en France!
Cet article parlera évidemment un peu de pêche, mais aussi du reste, de la vie au Sénégal, des excursions réalisées, des visites dans les zones typiques...ça a, à mon avis, plus d'intêret que les photos de poissons!


Dés notre arrivée à Dakar, j'ai été totalement dépaysé, et déjà les premiers Sénégalais nous sautaient dessus pour nous vendre diverses choses, carte téléphonique, cadenas, collier,...le tout à minuit et quelques! Un sénégalais en fauteuil roulant me demande même si je peux pas lui donner mon tube de canne car il pêche... ah non, ca va pas être possible!
Les premiers jours se sont passés tranquillement, dans les résidences du port de saly. Ici, tout est à disposition. Chaque maison a sa femme de maison, appelé là-bas Fatou...

PC263775La nôtre s'apelait Maïmouna. En plus de cuisiner ultra bien, elle était super gentille et souriante!











C'est d'ailleur le cas de tout le monde là-bas. La plupart des gens là bas sont pauvres et cravachent dur pour s'en sortir, mais ils sont toujours souriants, accueillants et ont la joie de vivre, un vrai bonheur!

Notre fatou nous a donc fait découvrir les différents plats typiques du pays, poulet Yassa, tieboudien (repas à base de thiof, mérou sénégalais), couscous sénégalais (avec, au lieu de semoule, du mil)...et j'en passe! Elle nous a aussi fait des bons dessert purement français...


PC223491PC263821PC203339PC263817

On a beaucoup sympathisé avec elle et on a d'ailleur passé une journée dans son village, avec sa famille. Là-bas, les familles ne sont pas séparées dans tout le pays, ils habitent tous ensemble dans la même maison! Je leur ai demandé combien ils étaient à habiter ici, ils n'ont pas su me répondre, ils m'ont seulement dit qu'ils étaient une bonne 50aine!

PC203324

On a découvert comment ils vivaient et je vous assure que ça n'a rien à voir avec ce qu'on a chez nous. Les enfants, femmes et hommes mangent séparément, chacun un plat différent, à la main.
PC203351PC203348

Ici, c'est tout les jours poissons et riz ou mil! On a ensuite visité le village et l'école primaire, encore une fois rien à voir avec chez nous!

PC203362PC203378
Le panier de basket du village                              L'école du village

J'ai remarqué quelque chose de saisissant aussi, les enfants et ados là-bas ont la soif d'apprendre, toujours à l'écoute des conseils. Il faut savoir que là-bas, la plupart des "bonnes" écoles sont privées et coûtent très chère aux familles. En tout cas, quand on voit la motivation de certains ici, et que l'on est rendu à imaginer une rémunération pour les élèves assidus dans les régions difficiles en France... Il y aurait des choses à remettre en place!

PC233552 PC203356
Une termitiaire, 5 mètres de haut!                    Pas de poussette, y a bien plus simple!

PC233501
 Ici, le poisson n'est pas transporté en camion frigo, une charette en plein air fait très bien l'affaire.


Nous avons aussi fait une excursion dans la réserve de Bandia, qui regroupe la plupart des espèces qui étaient présentes avant, en liberté. Elles sont ici en semi liberté et la balade se passe en  voiture, avec un guide.
Nous avons eu la chance de voir toutes les espèces d'animaux présentes dans le parc, y compris les zèbres, qui sont extrèmement capricieux...Les plus beaux animaux de cette réserve restent pour moi les giraffes. Je me demande comment on peut tuer un si bel animal!
PC273891

PC273861

PC273880PC273941
PC273898PC273962

PC274019

Enfin le Sénégal a aussi quelques trucs de totalement abhérents! Les flics plus corrompus les uns que les autres, qui ne regardent même pas si tes phares fonctionnent, si les roues sont gonflés ou si tu conduis sans ceinture...Tant qu'ils ont leurs "bakchich", il n'y a pas de soucis, mais si on commence à protester, les négociations peuvent durer, durer....
Une autre histoire nous a aussi particulièrement agacé, le fait que le président du Sénégal ait construit une statut gigantesque en bronze, sur une des collines cotières de Dakar. Une statue encore plus grande que la statue de la liberté, qui a coûtée la modique somme de 23 millions d'euros... Une somme qui n'est bien évidemment pas sortie de la poche du président mais bien de celle de chacun des sénégalais! Quand on sait que les hôpitaux manquent de médicaments, que les écoles manquent de matériels, que beaucoup de gens crèvent de faim, qu'il n'existe pas de réels moyens mis en place pour retraîter les déchets et les eaux usées, ça remet en question ces investissements monstrueux ( le président toucherait 35% des recettes dûes à la construction de la statut, ce qui explique cette dépense)...

statut dakar3
La fameuse statue de Dakar

Le pire reste le décor qui est nettement gaché par les déchets qui jonchent le sol à chaques coins de rue. On y trouve de tout et ça devient encore pire dès que l'on sort des grandes avenues. On retrouve ainsi en pleine brousse des aires recouvertes de déchets, qui sont mangées par les chèvres et brulées en plein air, vive la pollution!

PC294120
Une sortie d'eau bien crade sur la plage de Yoff, à Dakar

PC203310PC203317
Des déchets, par milliers.

D'après eux, des déchetteries existeraient mais aucun tri sélectif n'est mis en place et surtout aucun ramassage. Quand on sait que le Sénégal manque d'électricité et que les coupures de courant sont journalières, ils pourraient allier le retraitement des déchets et la production d'énergie...à méditer!


Voilà, le décor est planté, place maintenant à ce dont pourquoi vous êtes là après tout, la pêche!

Nous étions à Saly, à 80 km au sud de Dakar. La côte est très plate et les roches assez rares et souvent éloignées du bord. Le fond est très faible et tombe très lentement. La pêche du bord sur Saly a donc été plus difficiles que prévu. Les poissons étaient rares et petits. En plus, l'eau était trouble à cause de la houle. Heureusement, il y avait un port!
Les poissons étaient comme à chaque fois, concentré dans le port. Ils mordaient quand l'eau était la plus claire, soit en fin de marée descendante.

PC193206PC193214

PC193234

J'ai pu prendre mes premières petites carpes rouges et diabbars (carpes noires), ainsi qu'une toute petite badèche.
PC193255
PC193195Les micros leurres souples maniées sous les bateaux et sous les pontons ont été très efficaces et m'ont permis de faire la casi-totalité des poissons.




J'ai aussi pu tester le plomb palette car, par chance, il en resté un dans ma boîte. Au premier lancer, j'ai cogné ma plus belle carpe rouge du bord, autour des 35 cm, le long d'un gros cube de béton.

PC193260

Lancer suivant, j'ai tapé une deuxième poisson sur le même poste qui tirait dur, je l'ai monté en surface, une sorte de poisson perroquet avec un bec bien coupant, d'environ 60 cm pour un bon 3 kilos...avec le montage engammé bien comme il faut...et il m'a coupé, comme prévu!
A part ça, dés que l'on sortait du port, ca devenait beaucoup moins intéressant....quelques petits bars mouchetés et orphies au stickbait ( rover 98), rien de bien grandiose!

J'ai aussi pêché du bord à l'île de Gorée, le dernier jour et j'ai touché une très belle rascasse au shad, le long d'un embarcadère, ainsi que trois poissons trompettes d'un bon mètre chacun, le plus gros dans les 1m30. Ils ont été pris au turbo Shad, Nabarone Stuka et Sea rock 40gr...



PC304166PC304187

PC304132

PC304145


Gorée est situé à un mille au large de Dakar, qui a une côte bien plus intéressante à pêcher au leurre, dommage que je n’ai pas eu le temps de l’explorer !

PC304179.JPG




Nous avions accés à un bateau et nous avons donc pu quand même faire nager les shads et jigs. La zone réputée se situait à une bonne heure de bateau et nous faisons quelques chinchards avant d'y aller, histoire d'assurer le coup. Nous trouvons rapidement la zone et déjà une sériole chasse en surface, ça promet!

Je commence avec une Sea rock 90 gr bleu et mon père est au madai jig. Je descends le jig jusqu’au fond et remonte rapidement sur 5m, redescend, re-animation et touche ! Je ferre puissamment mais ça monte facilement, une première badèche d’1.5 kilo environ.

PC213449

Mon père qui me filmait remonte ensuite son leurre et prend une touche en pleine eau sur la petite rookie Medium. Elle plie dure mais fait son boulot et il ramène une pélamide proche du kilo, piquée sur le teaser.

On se met ensuite à l’ancre car le vent nous fait dériver trop rapidement. Il y a alors 32 mètres de fond et nous sommes au ras de la cassure. Mon père ferre un nouveau poisson avec la sea rock que j’avais au début, annonce une autre pélamide mais ce sera en fait un petit pagre de 800 gr. Je touche ensuite un poisson en remontant ultra rapidement mon jig en « short jerk » (knife 120 gr rose) , en pleine eau, sur un écho à 20 mètres. J’imaginais bien un banc de sérioles sur cet écho et ce sera effectivement le cas ! L’antidote XH plie sérieusement et le caïman couine dur ! Après une bonne 40 aine de mètres de pris, la mémère s’arrête enfin, et je commence à lui reprendre du fil. A part quelques petits rushs, elle monte bien malgré tout. Vu la défense, j’imaginais bien un poisson d’une petite dizaine de kilos, ce sera en fait une sériole d’à peine 3 kilos qui apparaîtra dans l’eau bleue.

PC213459


C’est étonné mais content que je remet à l’eau le jig. Il file à nouveau vers les profondeurs. Mon père touche à nouveau une pélamide sur la sea rock, du même gabarit et Abdoulaï, notre marin, avec son montage vif à la sénégalaise nous sort une très belle badèche d’un bon 4 kilos.
PC213456


Quelques minutes plus tard, alors que je suis littéralement en train de cuire au soleil (le Sénégal, c’est 35°C à l’ombre…le hic, c’est qu’il n’y a pas d’ombre!), sur une remontée rapide, je prend une première touche discrète puis une deuxième, suivie d’un démarrage fulgurant sur 50-60 mètres…yes, encore une !

Le combat est plus difficile cette fois-ci, elle part sous le bateau et est à deux doigts de se prendre dans le mouillage ! Ca passe en force et je finis par épuiser la bestiole, après une bonne dizaine de minutes. Elle fait à peine 4 kilos, je suis encore une fois bluffé par la puissance que peuvent avoir ces poissons, nerveux, endurants, rapides, un vrai bonheur à pêcher !

PC213464

Je prendrai ensuite une petite pélamide, après une longue période sans touche.

Le marin ratera à nouveau un poisson avec son montage on ne peut plus grossier. Il remonte son maquereau complètement mort et plein de coups de dents, une carpe rouge, sans aucun doute !

On monte alors chacun un chinchard et je suis le dernier à mettre à l’eau, car mon chinchard était impossible à attraper dans le bac, tellement il gigotait ! Mon père a le temps de rater un premier poisson, sans comprendre pourquoi. Je descends mon montage avec bien 5 minutes de retard mais à peine le montage en place que je sens mon chinchard s’exciter et…se faire cogner sévèrement. Je rends la main un instant avant d’envoyer un ferrage comme il faut ! Le poisson est au bout et tire dur. Il monte cependant, lentement mais sûrement, sans faire de rushs. Je pense d’abord à une carpe rouge mais ce sera en fait une nouvelle badèche, dans les 5 kilos qui s’est laissé avoir par le chinchard. 5 minutes pour l’attraper dans le bac, 10 secondes pour se faire croquer…

PC213472

Le vent montera en puissance et rendra la pêche très difficile ensuite, seul le marin arrivera à prendre deux petites carangues avec les cannes de traîne sans plomb, un morceau de yaboï au bout, en broumant.

Je prendrai aussi un poisson banane, sur un montage double hameçon spécial vif...

PC213479

On organisera une autre sortie, de nuit cette fois ci, mais qui sera un fiasco total, un vent de folie, une mer démontée, des embruns sans arrêt, le tout à minuit et à 40 kilomètres des côtes, et sans prendre la moindre touche, au jig comme au vif, je ne vous fais pas de dessin !

 

Une dernière sortie, en famille cette fois, pour rechercher les dorades à l’ancre, a été faite avant la fin du voyage. Le marin se plaçait sans gps, sur des fonds sablonneux et plats au sondeur…le genre de zones qu’on évite immédiatement en France… A peine les montages descendus que ca cognait de partout ! Je ferai au moins une 30 aine de dorades de toute sorte dans l’heure et demi de pêche que nous ferons…
Pas moins d’une 100 aine de dorades en tout, avec de nombreux doublés et même triplés ! Dommage qu’il y ait eu une malade, on aurait pu atteindre des scores monstrueux sinon !

Poissons 0198Poissons 9636
Poissons 9640
Un poisson crocodile, le tacaud sénégalais. Il attaque n'importe quoi tant que ça descende au fond!


Un séjour dépaysant et mémorable, à refaire au plus vite!


voyage 0248


Voilà les deux vidéos du Sénégal, bon visionnage !







                     @Enjoy Fishing....

                                                      Tomy Journaux

 

 

 

 





 

Repost 0
Published by blackbass17 - dans Sessions
commenter cet article